Dirigeants

Alexandre Mauguin - Le Fondateur 1857-1916

Alexandre Mauguin a fondé en 1857 l’Imprimerie qui porte toujours au-jourd’hui son nom. Homme politique éminent, ses mandats successifs comme Conseiller général, Maire de Blida, Député puis Sénateur ont amené une très grande prospérité à l’imprimerie. Les activités étaient alors dirigées pour satisfaire aux besoins d’une Administration civile en développement (registres, formulaires divers etc.) à destination du Gouvernement Général, des Assemblées Régionales, des Départements et des Communes. Du temps du fondateur fut créée une revue locale de chroniques de la Mitidja qui parut régulièrement chaque semaine jusqu’en 1962 sous le nom de Tell.

Alexandre Bullinger 1916-1944

En 1916, Alexandre Bullinger, le fils naturel d'Alexandre Mauguin, reprit la direction de l'imprimerie et la modernisa en commandant en Allemagne des machines de grande qualité pour l’époque.

Albert Bullinger 1944-1987

À la mort d’Alexandre Bullinger en 1944 son fils Albert Bullinger lui succéda et continua l’oeuvre de modernisation jusqu’en 1987, mais en ayant à surmonter de graves difficultés durant l’indépendance. Cependant la grande utilité de l’imprimerie Mauguin pour l’Administration permit à celle-ci de poursuivre son activité et ne pas être considérée comme bien vacant, d’autant que ses propriétaires légaux par héritage restèrent toujours en poste malgré l’exode.

Marie-Thérèse Bullinger 1987- 1990

Au décès d’Albert en 1987 sa soeur Marie-Thérèse, jusqu’alors restée éloignée de la gestion, dirigea l’entreprise; les cadres européens étant partis, et l’ambiance politique étant devenue extrêmement critique l’imprimerie manqua de très peu de disparaître.

Henri Lombard 1990-1994

En 1990, l’arrière-petit fils du fondateur, Henri Lombard, fils du Professeur Lombard de l’Université d’Alger, prit la direction de l’entreprise; il n’eut pas vraiment le temps de redresser une situation compromise car il décéda brusquement en 1994.

Chantal Lefèvre - La Refondatrice 1994-2015

Cousine d’Henri Lombard, Chantal Lefèvre avec l’aide de son père, le Docteur Bernard Lefèvre, entama un tournant technique majeur en supprimant le plomb et la linotype pour les remplacer par l’offset, la quadrichromie et en organisant un service de PAO moderne. La réorganisation permit de pouvoir passer à l’édition de livres d’une grande qualité de finition aussi bien en français qu’en arabe.

Chantal créa avec son frère cadet François Lefèvre et des actionnaires algériens une maison d’éditions, dénommée Le Tell, en souvenir du vieux journal local. Dans le même temps elle ouvrit une « Librairie » dédiée à la vente d’ouvrages en langues française et arabe.

Chantal a été décoré Chevalier dans l’ordre du Mérite en 2007 sur proposition de l’Ambassade de France pour services rendus à la Culture.